payer : verbe transitif 1. verser à quelqu’un une somme due ; acquitter une dette, un droit, un impôt 2. Verser la somme due pour 3. Donner à quelqu’un ce qui lui est dû 4. Récompenser 5. Subir les conséquences de ses actes, expier
Le Grand Larousse Illustré 2017

 SOURCE DE L’ARTICLE : https://technologies-mobiles.com/2018/12/en-quoi-est-ce-que-le-paiement-mobile-modiefie-t-il-lacte-de-payer/

Que charrie l’acte de payer ?

Lorsqu’une personne procède à un paiement matérialisé, elle échange de l’argent liquide contre un bien ou service dans le cadre d’un commerce déclaré. Cet argent liquide provient du système bancaire et représente une certaine valeur de la monnaie de laquelle il est estampillé. La monnaie entre dans la catégorie des ressources en tant que ressource universelle permettant d’établir un comparatif : nous pouvons la considérer comme la ressource référentielle des échanges économiques. L’acte de payer n’est rien de plus qu’un échange entre une ressource qu’une première personne souhaite et celle qu’une seconde personne souhaite. La monnaie établit la présence d’un élément tiers dans l’échange référençant la valeur de ce qui est échangé entre les deux parties.
Lors d’un paiement dématérialisé sur internet, la banque vérifie d’abord la véracité des informations du client- à savoir les informations personnelles et les informations de la carte bancaire – et la prolonge parfois par la méthode du 3D Secure qui transmet un code de vérification au mobile. Là encore, c’est un échange qui se produit entre le compte bancaire d’une personne qui a été enregistré auprès d’une agence inscrite auprès d’un groupe et l’entreprise, le service, ou le particulier avec lequel la transaction est enclenchée.

L’écran de vérification du 3D Secure

Par cette action de paiement, l’information du montant – dépendante de la valeur de la monnaie – transite d’un compte à un autre. Depuis l’effervescence des nouvelles technologies de l’information et de la communication, la conception de l’argent a été impactée par le Bitcoin et l’ethereum. Selon le principe même des actions cotées en bourse, la valeur de la monnaie fluctue : le Bitcoin incarne alors un investissement d’une monnaie étatique en une monnaie virtuelle et détachée de tout gouvernement. L’information monétaire contenue dans le Bitcoin est dissimulée sous la forme d’un code enregistré par une Blockchain. Il en va de même pour le paiement mobile qui fonctionne autant par la technologie dite “du paiement sans contact” utilisant la puce NFC de la carte bancaire que grâce au codage de l’information.

Qu’est-ce que le paiement mobile ?

Sur le site internet https://definitions-marketing.com le paiement mobile est défini en ces termes :

La notion de paiement mobile désigne généralement les différents usages d’un smartphone qui peuvent être réalisés pour effectuer un paiement.
Il existe en fait deux types principaux de paiements mobiles.
L’usage le plus fréquent du paiement mobile se réalise dans le domaine du commerce électronique et est similaire à un paiement effectué sur un ordinateur à l’aide d’une carte bancaire ou d’un compte Paypal.
L’autre usage du paiement mobile correspond à l’utilisation d’un smartphone pour payer dans un point de vente physique à l’aide des technologies sans contact de type NFC.
Il existe également d’autres formes de paiement mobile qui peuvent par exemple passer par l’utilisation de SMS surtaxés.

Les comportements de paiements mobiles en 2015 en France

Comment le paiement mobile fonctionne-t-il ?

Afin de se servir du système de paiement mobile, il faut installer une application  dans laquelle sont entrées les coordonnées bancaires. Les enseignes Lydia, Paylib, Paypal, ApplePay, Android Pay proposent ce service par le biais d’une application.
Dès lors, l’information relative au paiement transite par un service externe à la banque, ce qui interroge quant au traitement des données qui en résulte et du niveau de sécurité qui y est relié. Pour les citoyens européens, OrangeCash est par exemple probablement plus respectueux de la vision européenne du traitement des données que le système Apple.

L’explication du fonctionnement par Paylib

A quoi le paiement mobile sert-il ?

L’erreur quant au code confidentiel a pu en défaire plus d’un, de même que le temps allégué au distributeur a pu en retarder d’autres. Le paiement mobile réduit la quantité de liquide à conserver sur soi tout en assurant l’acheteur de la présence de la somme requise sur le solde du compte enregistré par l’application. Au-delà de réduire les efforts, le paiement mobile fait économiser de l’espace dans les affaires personnelles en réduisant le porte-feuilles (et les cartes de fidélité qui vont avec) à un couteau-suisse technologique, ainsi que du temps lors du passage en caisse. Ne permettrait-il pas non plus de contenir les risques de propagation d’épidémies telles que la grippe, la gale ou la peste ?

En participant à la dématérialisation de la monnaie, le paiement mobile inscrit les échanges monétaires dans la transition numérique opérée par nos sociétés tout en augmentant la quintessence du terminal téléphonique.

A quoi sommes-nous engagés à l’ère du paiement mobile ?

La sécurisation internationale

La fondation même d’internet repose sur le principe de la quadrature du net et de l’ubiquité. La transition numérique pourrait agir sur le blanchiment d’argent. Ce serait cependant omettre que l’argent est blanchi dans l’autre sens. Tout au plus, le paiement mobile pourrait affecter les paiements non déclarés et les faire entrer dans une nouvelle économie sur le principe de Lydia et de l’Economie Sociale et Solidaire.
Quelque part, le paiement mobile oblige à se schématiser la monnaie d’échange plus amplement dans la mesure où il n’est plus envisageable de se la figurer en matière. Il est loin le temps de jouer au vendeur chez papi-mamie.

En Chine, l’application WeChat, qui était d’abord spécialisée dans l’échange de messages avant d’élargir ses activités au paiement mobile par exemple, compte 900 millions d’utilisateurs en 2017. La même les transactions internationales effectuées par paiement mobile ont représenté 10.000 milliards d’euros en 2017. De ce fait, Ant Financial décide de déployer son application Alipay à l’international en visant entre autres le marché japonais depuis que les Chinois ont délaissé l’argent liquide.

Le défilement des chiffres comme portrait de la société de consommation dans Time Out, Andrew Niccol, 2011

Le paiement mobile soulève des questions d’éthique et de sécurité quant à la navigation et à la transmission des données personnelles et bancaires. Le numéro de téléphone n’est plus uniquement relié au compte bancaire, il en devient un élément moteur puisqu’il est devenu possible de rembourser quelqu’un avec son numéro de téléphone et non son RIB. Cela pourrait donner lieu à de l’autocensure en ce qui concerne les achats réalisés et à de l’autocontrôle dans une société où on n’estime peu ou prou ce qu’internet sait de nous.

La rédaction de WE DEMAIN a mené une enquête sur la Chine actuelle, publiée dans le cadre du reportage “CHINE : Le grand bon vers 2050” dans le vingt-troisième numéro de septembre 2018.

“Dans les rues de Pékin, le moindre vendeur de glace ou de brochettes de calamars a son QR code pendu au cou pour les paiements mobile. Le QR code est le nouveau sésame de la vie quotidienne dans la deuxième économie mondiale. D’un coup de scan ou de pouce sur son téléphone, on paie son bol de nouilles, son loyer ou son taxi. Pour le touriste de passage, la journée devient un parcours du combattant s’il n’est pas équipé des applications indispensables et nécessairement relié à un compte en banque chinois pour être efficace.”

Sébastien Falleti : Bienvenue au pays de la dictature 4.0

La trottinette électrique partagée vient s’ajouter aux modes de transport doux. Réduira-t-elle le nombre de passagers des bus et métros ?

En France, nous commençons à en suivre l’exemple avec l’apparition de trottinette électrique partagée avec un flash QR code sur le guidon qui calcule les frais liés à la distance parcourue et le prélève à partir du compte client enregistré sur le mobile. Attention à mesurer sa consommation !

Arthur Labarre

Sources :
https://www.paylib.fr/

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/le-paiement-mobile-reste-tres-confidentiel-en-france-792647.html

http://www.hec.unil.ch/jlambelet/groupe5.pdf

À lire sur FrAndroid : À l’église Saint-François de Molitor, la quête se fait désormais en paiement sans contact

https://www.lesechos.fr/18/07/2018/lesechos.fr/0301990087736_chine—la-revolution-du-paiement-mobile.htm

Download PDF

2 thoughts on “En quoi le paiement mobile modifie-t-il l’acte de payer ?”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *